• Une enfance à distance
  • Une enfance à distance

    Une enfance à distance


    Serge Lutens est né durant la guerre, le 14 mars 1942 à Lille, dans le Nord de la France.

    Séparé dès les premières semaines de sa mère, sa personnalité sera marquée dès lors par le sentiment d’un abandon originel. Tiraillé en permanence entre deux familles, il vit à distance et s’invente. C’est un rêveur. A l’école Montesquieu, on le dit «dans la lune» : il ne suit pas, même si ses professeurs lui reconnaissent un don de conteur.

    son enfance
  • Naissance d’un style
  • Naissance d’un style

    Naissance d’un style


    En 1956, à 14 ans, il est placé, contre son gré – il eut préféré être acteur – dans un salon de coiffure de sa ville natale.

    Deux ans plus tard, il aura déjà déterminé les repères féminins qu’il fera siens : yeux fardés, peaux éthérées et têtes d’épingles par cheveux courts, nets et plaqués. Il s’impose également par la couleur noire qu’il ne quittera jamais. Il affirme ses goûts, ses choix sur ses amies qu’il photographie.

    Il a 18 ans lorsqu’il est appelé sous les drapeaux pour servir lors de la guerre d’Algérie. Il sera réformé. C’est une rupture importante qui l’amène à prendre sa décision : quitter Lille pour se rendre à Paris. Nous sommes en 1962.

    Aidé d’une amie, Madeleine Levy, et muni de grands tirages photographiques qu’il avait réalisés de ses amies, Serge Lutens qui vit ses premières années parisiennes, entre ombre et disette, contacte le magazine Vogue. Ce magazine représente pour lui l’essence de la beauté : un carmel qu’il mythifie. Trois jours plus tard, il collabore au numéro de Noël.

    Invention d’une vision par le fard, la création de bijoux, objets extraordinaires, Serge Lutens devient rapidement LA personne qu’il faut appeler et les magazines de mode ne s’y trompent pas : Elle, Jardin des Modes, Harper’s Bazaar le sollicitent sans cesse : il collabore ainsi avec les plus grands photographes de l’époque, tout en poursuivant, de son côté, ses travaux photographiques. Durant ces années, la reconnaissance de son talent est manifeste.

    naissance d'un style
  • Les années Dior
  • Les années Dior

    Les années Dior


    En 1967, Christian Dior qui s’apprête à lancer sa ligne de maquillage, fait appel à lui. Il créera pour cette maison couleurs, style et images. Sa vision est enfin unifiée par la photographie. Au début des années 70, la célèbre rédactrice en chef du Vogue US, Diana Vreeland n’hésite pas à proclamer son enthousiasme: «Serge Lutens, Revolution of Make-up !». Le succès est retentissant. Serge Lutens devient le symbole d’une liberté donnée par le fard pour toute une nouvelle génération. En 1974, faisant écho à son goût pour le cinéma et les actrices mythiques qui l’habitent, il réalise un court-métrage : «Les Stars». A cette époque, il voyage et découvre le Maroc puis le Japon. Ces deux pays, aux cultures si riches et si différentes, s’assembleront en lui et affirmeront sa façon de voir et de sentir.

    Les années Dior
  • Les années Shiseido
  • Les années Shiseido

    Les années Shiseido


    Il saura s’en souvenir quelques années plus tard en 1980, lorsqu’il signe avec Shiseido une collaboration qui permettra à ce groupe de cosmétiques japonais, jusqu’alors inconnu sur la scène internationale, d’imposer une identité visuelle si puissante, qu’il deviendra l’un des acteurs mondiaux du marché dans les années 80 et 90.

    Les années Shiseido
  • Marrakech,
    l’éveil des sens
  • Marrakech,
    l’éveil des sens

    Marrakech,
    l’éveil des sens


    Si ce premier parfum marque les années 80, c’est par la création de « Féminité du bois » et de la boutique du Palais Royal en 1992 - au décor onirique – que Serge Lutens affirme sa première révolution olfactive dans le domaine du parfum. Profondément marqué par la découverte du Maroc et plus particulièrement de Marrakech (ville dans laquelle il a acquis en 1974 une ancienne demeure au cœur de la médina), Serge Lutens a fait de ce pays le berceau de sa parfumerie. Cires, bois de cèdre, fleurs d’oranger..., Marrakech lui inspire ses premiers parfums : « Ambre sultan », « Cuir mauresque », « Chergui »... Devenus incontournables, ils écrivent une nouvelle page dans l’histoire des essences. Suite logique en 2000, Serge Lutens crée la marque qui porte aujourd’hui son nom et impose un style sans concession. Parfums, fards, ses expressions en ce domaine se croisent entre une distribution pointue et sélective et celle plus confidentielle de son réseau de boutiques.

    Marrakech, l’éveil des sens
  • La fondation Serge Lutens
  • La fondation Serge Lutens

    La fondation Serge Lutens


    En 2007, Serge Lutens est nommé « Commandeur de l’ordre des Arts et des Lettres ». Honoré par de nombreuses récompenses saluant son talent protéiforme, Serge Lutens crée en 2014 la Fondation Serge Lutens. Ayant pour siège la demeure acquise en 1974, dans le cœur historique de la Médina de Marrakech, cet espace muséal de plus de 3000 m2 constitue aujourd’hui le témoignage vivace d’un artiste hors-normes en perpétuelle évolution.

    La fondation Serge Lutens